Verdissement

La présence accrue de nature en ville permet aux citoyens de Montréal de profiter des bénéfices qui y sont associés, tant sur le plan de la santé que sur les plans social et culturel. La Ville de Montréal confirme la place de la nature en ville dans plusieurs plans et politiques, notamment dans la Politique de protection et de mise en valeur des milieux naturels et dans le Plan d’action canopée.

Pourcentage du territoire en aires protégées

Description

La superficie occupée par les aires protégées est ici mise en relation avec la superficie totale de l’agglomération. Selon l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) : «Une aire protégée est un espace géographique clairement défini, reconnu, consacré et géré, par tout moyen efficace, juridique ou autre, afin d'assurer à long terme la conservation de la nature ainsi que les services éco systémiques et les valeurs culturelles qui lui sont associés.»

Périmètre

Agglomération de Montréal

 Ville de Montréal

 Administration municipale

État de l'indicateur

Constats

Dans le cadre de la Politique de protection et de mise en valeur des milieux naturels adoptée par la Ville de Montréal en 2004, les interventions se sont concentrées autour de l’atteinte de l’objectif de protection de 6 % à l’intérieur des terres de l’agglomération, là où la conciliation entre le développement et la conservation représente un enjeu majeur. À l’heure actuelle, 5,76 % des terres de l’agglomération sont constitués d’aires protégées.

La Ville de Montréal a un objectif lié à cet indicateur :

  • Protéger 6 % en milieu terrestre, incluant les milieux humides, plans et cours d’eau intérieurs (Politique de protection et de mise en valeur des milieux naturels).

Pourcentage du territoire en milieux naturels

Description

La superficie occupée par des milieux naturels est ici mise en relation avec la superficie totale de l’agglomération. Les milieux naturels sont diversifiés et composés d’une mosaïque d’espaces : champs, friches, bois, milieux hydriques (cours d’eau, lacs et leurs rives), milieux humides (marais, marécages et étangs) situés à l’intérieur comme à l’extérieur des parcs existants. Les friches industrielles ainsi que les terres en culture ne sont pas considérées comme des milieux naturels, mais plutôt comme des milieux présentant un intérêt sur le plan de la biodiversité. De plus, on ne considère ici que les milieux naturels qui sont situés à l’intérieur des terres de l’agglomération en excluant les grands plans d’eau de l’archipel.

Périmètre

Agglomération de Montréal

 Ville de Montréal

 Administration municipale

État de l'indicateur

En 2013, les milieux naturels situés à l’intérieur des terres constituent 9,7 % de la superficie de l’agglomération.

Constats

Les bois représentent la plus grande partie des milieux naturels intérieurs (4,6 %). Les friches couvrent 3,6 % des milieux naturels et les milieux humides, représentant 1,5 % des milieux naturels, se font plus rares.

Les milieux naturels se situent en majorité aux extrémités de l’agglomération (incluant l’Île-Bizard à l’ouest), à quelques exceptions près dont le mont Royal, poumon vert situé au cœur de la ville. De plus, Montréal compte environ 70 cours d’eau intérieurs.

Source des données

Rapport sur la biodiversité 2013

Pourcentage du territoire en espaces verts

Description

La superficie occupée par des espaces verts est ici mise en relation avec la superficie totale de l’agglomération. Sont ici considérés les milieux naturels, l’ensemble des parcs (grands parcs et parcs locaux), les cimetières, les golfs, les jardins communautaires, le jardin botanique, l’arboretum Morgan, le parc urbain du canal de Lachine, les rives du canal de l’aqueduc, le Vieux-Port, les terres cultivées, les friches, les terre-pleins gazonnés et les emprises d’Hydro-Québec.

Périmètre

Agglomération de Montréal

 Ville de Montréal

 Administration municipale

État de l'indicateur

En 2013, les espaces verts occupent 21,3 % du territoire de l’agglomération.

Constats

L’agglomération compte 25 grands parcs (dont le parc du Mont-Royal et 12 parcs-nature) et 1 410 parcs locaux (gérés par les arrondissements et les villes liées). Les grands parcs et parcs locaux couvrent à eux seuls 9,5 % du territoire.

Source des données

Rapport sur la biodiversité 2013

Indice de canopée

Description

La canopée est l’étendue du couvert végétal formé par les arbres sur un territoire. Pour la comptabiliser sous forme d’indice, on calcule la superficie occupée par la projection au sol de la couronne des arbres par rapport à la superficie totale du territoire à l’étude. L’indice de canopée a été dévoilé en 2011, mais l’année de référence est 2007, soit celle où ont été prises les photographies aériennes qui ont servi à déterminer l’indice.

Périmètre

Agglomération de Montréal

 Ville de Montréal

 Administration municipale

État de l'indicateur

En 2007, l’indice de canopée de l’agglomération de Montréal est de 20,3 % et l'objectif visé pour 2025 est de 25 %.

Constats

L’indice de canopée du territoire de l’agglomération se chiffrait à 20,3 % en 2007 alors que celui de la Ville de Montréal était de 19,1 %. Pour le territoire de la Ville de Montréal, il a été déterminé pour chaque type d’occupation du sol, soit : 45 % dans les espaces verts, 21 % dans les secteurs résidentiels et 3 % dans les zones industrielles.

À l’échelle de la Ville de Montréal, il est évalué que le domaine public n’occupe que le tiers du territoire mais qu’il soutient plus de 50 % de la canopée actuelle. Un déséquilibre existe entre la canopée présente sur le domaine public et celle présente sur le domaine privé. Afin de se prémunir contre les effets néfastes des îlots de chaleur et mieux gérer les eaux pluviales, des efforts additionnels de plantation doivent être déployés dans les quartiers résidentiels où l’indice de canopée est inférieur à 25 %, de même que dans les zones industrielles et commerciales qui affichent un indice inférieur à 15 %.

Depuis l’été 2011, Montréal doit composer avec la présence de l’agrile du frêne sur son territoire. L’insecte s’attaque à toutes les espèces de frêne et peut anéantir un arbre en quelques années. À Montréal, 20 % des arbres publics présents sur rues ou en parcs sont des frênes. La Division des stratégies, programmes et politiques de la Direction des Grands parcs et du verdissement estime que l’indice de canopée pourrait reculer de 2 à 3 % si tous les frênes étaient décimés.

La Ville de Montréal a un objectif lié à cet indicateur :

  • Améliorer les infrastructures vertes à Montréal en faisant passer la canopée de 20 à 25 % d’ici 2025 par rapport à 2007 (Plan de développement durable de la collectivité montréalaise 2010-2015).

Titre d'indi

Description

Constats

Source des données