Revenu

Bien que Montréal offre un cadre de vie intéressant, une partie de sa population vit dans des conditions précaires. La Ville de Montréal est formellement engagée dans la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale, pour lesquelles elle agit en partenariat avec le gouvernement du Québec.

Taux de faible revenu des familles

Description

Le taux de faible revenu des familles est le pourcentage de familles dont le revenu après impôt est inférieur à un certain seuil. Ce seuil, appelé mesure du faible revenu (MFR), correspond à la moitié de la médiane du revenu des familles au Québec. Le revenu est ajusté au préalable en fonction d’une échelle d’équivalence pour tenir compte de la taille et du type de famille, et ainsi refléter les économies d'échelle dans la consommation familiale.

Périmètre

Agglomération de Montréal

 Ville de Montréal

 Administration municipale

État de l'indicateur

Constats

Le taux de faible revenu est relativement stable à 17 % pour l’ensemble des familles à Montréal. Il est intéressant de souligner que ce taux varie de façon significative lorsqu’on tient compte de la composition de la famille. Pour une famille comportant un couple, le taux de faible revenu est de l’ordre de 13 %. Pour une famille monoparentale, le taux est beaucoup plus élevé et se situe autour de 33 %. Un autre élément à considérer est le nombre d’enfants, ce qui a un impact direct sur le taux de faible revenu. Plus il y a d’enfants, plus le taux est élevé.

Salaire hebdomadaire médian des employés

Description

Le salaire hebdomadaire médian des employés est la valeur centrale qui sépare en deux parties égales les employés ayant un revenu d’emploi : la première partie regroupe les employés ayant un revenu inférieur à la médiane, et la seconde, les employés ayant un revenu supérieur à la médiane.

Les données sur le salaire médian excluent les travailleurs autonomes et portent sur l'emploi principal, soit celui auquel est consacré le plus grand nombre d'heures de travail dans le cas où il y a plus d'un emploi occupé.

Périmètre

Agglomération de Montréal

 Ville de Montréal

 Administration municipale

État de l'indicateur

Constats

Pour la période de 2009 à 2013, le salaire hebdomadaire médian s’est amélioré de 4,0 %, ce qui se traduit par une hausse hebdomadaire de 26,40 $.

Si on examine le salaire hebdomadaire médian selon le sexe, on remarque une légère différence. Le salaire hebdomadaire médian des hommes était plus élevé de 17,2 % que celui des femmes pour 2013 et s’était amélioré de 16,80 $ ou 2,3 % depuis 2009. Le salaire hebdomadaire médian des femmes s’était amélioré de 32,80 $ ou 5,4 %. L’écart du salaire hebdomadaire médian entre les deux sexes s’est donc amélioré par rapport à celui de 2009.

Revenu disponible des ménages par habitant

Description

Le revenu disponible des ménages se compose de ce qui suit :

  • La rémunération des salariés, le revenu net des entreprises individuelles, le revenu des loyers des ménages et le revenu net de la propriété.
  • À cela s’ajoutent les transferts courants que reçoivent les ménages des non-résidents, des institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM) ainsi que des administrations publiques comme les prestations d’assurance-emploi, de la Sécurité de la vieillesse et de l’aide sociale.
  • On soustrait les transferts courants que les ménages versent aux non-résidents, aux ISBLSM (les dons) ainsi qu’aux administrations publiques, tels que les impôts sur le revenu et les cotisations aux régimes d’assurance sociale.
  • Le revenu disponible représente donc la part du revenu qui reste à la disposition des ménages pour la consommation finale de biens et de services ainsi que pour l’épargne.

Périmètre

Agglomération de Montréal

 Ville de Montréal

 Administration municipale

État de l'indicateur

Constats

Pour la période 2008-2012, les composantes du revenu disponible des ménages ont fluctué de la façon suivante :

  • Le revenu primaire des ménages a augmenté de 1 748 $, soit une hausse de 6 %;
  • Les transferts courants payés par les ménages ont connu une hausse de 590 $ ou 11,6 %;
  • Les transferts courants reçus par les ménages ont quant à eux augmenté de 793 $, soit une hausse de 8,6 %.
  • Il en résulte que le revenu disponible par ménage s’est amélioré de 1 546 $, soit une hausse de 6,2 %.