Eau

L’eau est une richesse précieuse pour les Montréalais. Tant pour l’eau potable que celle qu’on retrouve dans le milieu naturel, il importe de gérer efficacement cette ressource pour les générations actuelles et à venir.

Production d’eau potable par habitant desservi

Description

La production d’eau potable par habitant desservi représente la quantité totale d’eau produite annuellement sur le territoire de l’agglomération, mesurée en mètre cube (m3) et convertie en litres par jour. On divise ensuite la quantité produite par le nombre d’habitants desservis par le réseau d’aqueduc durant cette année.

La quantité d’eau totale produite par personne inclut les usages dans le secteur résidentiel, dans les industries, commerces et institutions (ICI), les pertes dans le réseau, ainsi que les usages non identifiés ou illicites.

Périmètre

Agglomération de Montréal

 Ville de Montréal

 Administration municipale

État de l'indicateur

Constats

En 2012, les usines de production d’eau potable de l’agglomération ont produit un total de 653,9 millions de m3, soit une légère baisse par rapport à 2011. Il est à noter que la production totale a diminué de 10 % depuis 2000. La quantité d’eau produite par habitant est estimée à 934 litres par jour à l’échelle de l’agglomération pour 2012. Comparativement à 2001, on constate une réduction par habitant de près de 17 %.

Les travaux entrepris au cours des dernières années sur les infrastructures du réseau de production et de distribution d’eau potable, qu’il s’agisse de la réparation des fuites ou du remplacement et de la réfection des conduites, ont grandement contribué aux gains obtenus. Le contrôle des usages illicites, les campagnes de sensibilisation, ainsi que l’installation croissante d’appareils à faible débit ont également contribué à divers degrés à ces résultats encourageants.

La Ville de Montréal a deux objectifs reliés à cet indicateur :

  • Réduire de 15 % la production d’eau potable d’ici 2015 par rapport à l’an 2000 (Plan de développement durable de la collectivité montréalaise 2010-2015).
  • Réduire de 20 % la distribution d’eau per capita d’ici 2017 par rapport à 2001 (Vers une gestion durable des eaux municipales).

Pourcentage des pertes par rapport à l’eau produite

Description

Le pourcentage des pertes par rapport à l’eau produite représente la quantité d’eau associée à des pertes qui découlent principalement des fuites au sein du réseau d’aqueduc. On estime la perte en calculant la différence entre la quantité totale d’eau qui a été produite et distribuée aux utilisateurs, et la quantité totale d’eau produite.

Périmètre

Agglomération de Montréal

 Ville de Montréal

 Administration municipale

État de l'indicateur

Constats

Il est estimé que les pertes du réseau d’aqueduc représentent 33 % du volume total d’eau distribué par les six usines de l’agglomération de Montréal. Il s’agit d’une amélioration par rapport à l’ancienne estimation de 40 % datant du début des années 2000.

Les travaux de réfection et de rénovation du réseau d’aqueduc, réalisés jusqu’à maintenant, expliquent en grande partie la diminution des pertes estimées à 33 %. Cependant, avec seulement 20 % de l’eau distribuée qui est mesurée par des compteurs, cette estimation des fuites demeure encore très approximative. Le dépistage systématique des fuites, la réparation des bris et les travaux de renouvellement des conduites d’eau potable contribueront graduellement à la réduction de ce taux de pertes.

La Ville de Montréal a un objectif lié à cet indicateur :

  • Réduire ultimement le taux de pertes à 20 % sur le réseau d’aqueduc (Stratégie québécoise d’économie d’eau potable).

Qualité des effluents de la station d’épuration

Description

La qualité des eaux usées rejetées dans le fleuve dépend des différentes unités de traitement de la station d’épuration Jean-R. Marcotte, qui traite les eaux usées de l’agglomération de Montréal. Les eaux traitées font l’objet d’un suivi régulier avec pour objectif de détecter, notamment, la quantité de matières en suspension (MES) et de phosphore total (PT). C’est dans le but de contrôler la qualité des eaux usées qui sont rejetées dans le fleuve que le Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l’Occupation du territoire (MAMROT) a émis des normes de qualité.

Périmètre

Agglomération de Montréal

 Ville de Montréal

 Administration municipale

État de l'indicateur

Pour l’année 2012, l’effluent de la station d’épuration Jean-R. Marcotte (Station) contenait en concentration moyenne annuelle 18 mg/L de matières en suspension (MES) et 0,42 mg/L de phosphore total (PT). Les exigences de rejet du MAMROT que la Ville doit respecter pour les MES sont de <=20 mg/L alors que les exigences pour le PT sont de <=0,50 mg/L.

Constats

Pour l’année 2012, le MAMROT a attribué les notes suivantes à la Station :

  • Respect des exigences de rejet : 100 %. Cette note a été obtenue tous les ans depuis la mise en vigueur de la norme.
  • Conformité des rapports remis au MAMROT : 100 %.

La Ville de Montréal a des objectifs reliés à cet indicateur :

  • Respecter chaque année les exigences de rejet du ministère des Affaires municipales, des Régions et de l’Occupation du territoire (MAMROT) pour les paramètres de contrôle suivants : Matières en suspension (MES) et Phosphore total (PT).
  • Développer la gestion des eaux pluviales en amont des réseaux afin de diminuer les volumes d’eaux usées, minimiser les surverses lors de fortes pluies et améliorer la qualité des eaux de ruissellement qui se déversent dans les cours d’eau.

Source des données

Vers une gestion durable des eaux municipales, Ville de Montréal, octobre 2013